Mercredi 23 octobre 2019, nous prenons, sous une tempête et un déluge, le bateau de Marseille pour Tunis . Enfin, je retourne voir ce paysage grandiose du désert tunisien. Ces espaces immenses où les dunes changent tous les jours et où le temps s’arrête, où le soleil brille. Tout cela m’a manqué .

Eric et moi, originaires de Brest n’étions pas venus depuis les 1000 dunes 2012. Durant ce précédent séjour, Éric avait eu la joie de conduire mais pour ma part, ce sera une première : j’ai hâte .

Les belges Thierry et Rosana qui nous avaient succédé en 2012 sont également présents ( Quelle coïncidence ! ), ainsi que leurs amis belges Fredy et Marie Paule.

Stéphane , habitué du désert , est venu avec sa fille Pauline et sa sœur Nathalie .

Enfin , François Xavier , un habitué du désert et des rallyes (il a participé à 4 rallye Dakar) est venu avec Alexandre.

Jeudi 24, 19h, nous retrouvons enfin Kais, Slim et Asma au port de Tunis . Heureuses retrouvailles qui augurent de passer à nouveau de superbes moments . Direction Monastir, où un bel hôtel nous attend . Gentiment , les cuisiniers nous ont attendus malgré notre heure tardive (23h) suite au retard du bateau a cause du mauvais temps .

Vendredi 25, Préparatifs pour prendre la route direction Douz, en convoi ,

à Douz, tout le monde s’organise pour faire le plein de carburant et le reste du plein de nourriture.

Pour ma part, je fais le plein de médocs : extinction de voix et angine qui laisseront mes convives dans un calme relatif pour 3 à 4 Jours . Après un apéritif et un bain d’eau de souffre bien mérités, nous écoutons Kais nous briefer avant la chevauchée fantastique dans les grands dunes.

Samedi 26 , Trois autres voitures nous ont rejoints. Trois Toyota équipées Raid conduites pas des tunisiens habitués des déserts : Chams, Malik et Sami (assistance Mécanique avec Slim et voiture Balais) .

Un bédouin, nommé Ahmed, accompagne Kais; il sera pendant notre séjour, notre boulanger , notre professeur de danse , de chant et notre bout en train . Toute la journée, avec une humeur joyeuse, Et c’est parti pour l’aventure !

Petite mise en jambe sur des dunes qui pour certaines nous paraissent déjà hippiques.

Je prends, autant que mon mari , plaisir à conduire sur le sable . Quelles belles sensations ! Nous enchaînons les pistes puis enfin les bosses de sables , celles que nous sommes venues chercher . Quel régal . Nous écoutons les conseils précieux de Kais et de Slim pour franchir les obstacles.

Tout le monde a le droit à son épisode d’ensablement .

Après une journée de « montagnes russes », nous installons notre bivouac en plein milieu du désert . Nous avons parcouru 10 km.

Tentes quechua pour certains, à la belle étoile pour FX, ou tentes sur les toits des 2 Land Rovers, bref, chacun installe son nid douillet pour passer sa première nuit dans le désert .

Notre repas est complété du pain délicieux fabriqué au feu de bois par le bedouin qui nous accompagne. La nuit tombe vite et la fatigue aussi . On se couche à l’heure des poules , enfin …pour certains.

Dimanche 27 : et c’est parti pour les dunes plus complexes pour rejoindre le lac . On passe par des dunes bien molles, et par des pistes caillouteuses.

Les conseils de la veille portent leur fruit . Je prends de plus en plus plaisir à conduire , à me laisser glisser dans le sable en sentant notre Patrol sous mes pieds . Eric aussi est comme un gamin à qui on a donné un jouet . Il accepte malgré tout de partager le temps de conduire . Et oui, nous sommes deux gamins avec un joujou dans le désert .

Direction le lac de Haouithat, où nous allons bivouaqué.

Nous croisons un bédouin et son troupeau de chameau . Il nous offre du lait de chamelle . Avec Asma, je le goutte légèrement : il a le goût de lait de brebis.

Lundi 28 : Réveil matinal , le soleil pointe timidement son nez . Nous profitons avant de partir d’un bon bain dans l’eau chaude du lac . Moment agréable où le souffre nous fait le plus grand bien . Avant de partir , Stéphane nous réserve un instant de mécanique : il a crevé sur une des 6 roues de son camion. Mais avec « Super Slim », aider par Fredy on sait qu’en 10 minutes , tout est réparé. Et c’est reparti pour une journée d’aventure .

Et quelle aventure ! Nous n’avons réussi à parcourir que 10km dans des dunes majestueuses de sable mouillé par la pluie nocturne . C’est à la 3ème tentative de passage que nous arrivons à franchir cet obstacle naturel des dunes mouillées .

Pour ma part , je me suis plantée en mode bascule . Heureusement, grâce à Kais, à ses conseils et sa patience , et le contre poids de 3 âmes salutaires, je suis sortie en douceur de cette posture inhabituelle.

Quelques mètres plus loin, je me suis posée en haut d’une dune. A la force des conseils de Kais, de 6 hommes qui m’ont secouée avec une douce violence et enfin Stéphane qui m’a tiré par derrière avec délicatesse , je suis repartie à l’assaut de ces dunes monstrueuses et difficiles par le sable mou. Quelle émotion !

De son côté , Stéphane a déjanté en pleine dune. Les habitués du désert ont eu également du mal à gravir les dunes ramollies par la pluie . Étonnamment , nous avons fait 5 petits kilomètres dans ses dunes difficiles. Cette journée complexe en conduite a été l’occasion de souder tous les participants autour d’une grande table conviviale et d’un grand feu . Une douce nuit nous attend avant de repartir de bon matin .

Mardi 29 : Réveil à 6h30, au chant de Kais qui s’est pris pour un coq du désert. Une journée qui commence sous le brouillard .

Après le petit déjeuner Nous repartons avec un peu de retard : mécanique oblige. 2 km et les difficultés reprennent . Le franchissement des grandes dunes paraissent impraticables .

Mercredi 30 : 5h30 : il fait encore nuit . Nous nous réveillons avec la rosée du matin et un fin brouillard . Un rapide petit déjeuner , puis le rangement minutieux quotidien , et nous voilà repartis.

Nous avançons dunes après dunes . Les dunes et le sable sont plus complexes.

A midi, Slim est obligé de changer le joint de cardan du camion de Stéphane.Pause obligatoire .

Les paysages sont grandioses. La couleur du sable est changeante, parfois claire et parfois humide et foncée . Nous sommes au milieu de nulle-part où le soleil s’amuse à nous offrir ses couleurs , à jouer à cache-cache avec les dunes .

Nous finissons notre journée de raid par une descente vertigineuse où la règle d’or est de laisser le véhicule descendre doucement.

Nous avons parcouru environ 6 km. Nous sommes à Essouiada et remontons la boucle vers le lac .

Une nouvelle soirée conviviale nous attend ; chacun prépare son repas . Alexandre se découvre de jour en jour une âme de cuisinier . Nos amis les belges se préparent comme tous les soirs un repas de gala : ce soir, en plein désert , ils se délectent de bouchées à la reine , quand FX et Alex se régalent d’un chilicon-riz , les Chossec d’une tartiflette et nous, d’une choucroute garnie . Comme tous les soirs, nous nous couchons tôt , vivant à l’heure du cycle de la lumière .

Jeudi 31 : Nous continuons notre traversée du désert. Nous passons des dunes au cirque plat de sable . J’ai plaisir à conduire toute la mâtinée enchaînant les dunes , les grandes descentes , les difficultés. J’aime cette sensation de laisser mon véhicule suivre son chemin, glisser sur le sable, puis le reprendre parfois avec vigueur , et enfin de le faire gravir ses obstacles qui semblent infranchissables.

L’organisation est bien rodée . Kais ouvre la marche , FX le suit sans s’éloigner de Stéphane pour pouvoir l’aider en cas de besoin dans les montées.

Puis les deux gros Land les suivent . Enfin , nous suivons les Land et les deux Toyota ferment la marche .

Aujourd’hui sur le trajet, journée plus light en bricolage pour Slim, Bravo Slim ! Toujours Zen et optimiste, il a la solution à tout .

Pendant ses moments de bricolage, Kais , notre guide-zébulon, court à travers les dunes pour nous trouver la bonne voie . Nous le voyons apparaître puis disparaître au gré des formes vallonnées des dunes . Son crâne reluisant brille au soleil .

Après une journée de montée et de descentes vertigineuses, nous revenons vers le lac de Haouithat où un bain d’eau de souffre nous attend . Il sera bien mérité après cette quinzaine de kilomètres parcourus .

Nous avons fait depuis lundi matin une boucle vers le sud de la Tunisie pour revenir vers le lac . Tout en haut des dunes, Slim me fait un dessin sur le sable , du chemin parcouru. Une légère fierté nous envahie .

Le soir , au campement du lac, après avoir trempé 1 h dans le lac d’eau chaude, nous nous délectons d’un couscous léger au légumes accompagné d’un bon Morgon qu’Eric a rapporté de Brest . Le départ est prévu à 11h le lendemain matin car nous avons une journée d’avance sur le parcours . Nous avons fait 7 km dans la journée.

Vendredi 1er novembre : Je prends le volant le matin jusqu’à la courte pause déjeuner à 13h30. Je prends plaisir à sentir de mieux en mieux notre patrol et à réussir à franchir les grandes dunes en douceur

L’après-midi, je laisse avec regret le volant à Éric. Nous avançons tranquillement lorsque le Patrol se plante dans un trou . Impossible de faire ni une marche avant, ni marche arrière . Sami nous sort de cette mauvaise posture en nous tractant à l’aide d’une sangle . Nous finissons notre journée de 10 km au pied de dunes .

Nous installons notre campement en surveillant les nuages annonciateurs de pluie et de vent. Ce soir après notre repas et autour du feu, Ahmed nous fait son récital de chansons berbères .

Samedi 2 novembre : Kais nous a octroyé une relative grasse matinée : réveil à 7h pour partir à 9h . Aujourd’hui, nous devrions parcourir 22km en direction de Zmela. Ce soir sera notre dernier et septième bivouac. Eric prend le volant ce matin . Au bout d’une heure, il se tangue sur une petite dune . Sami et Francesco le sortent à nouveau de cette position inconfortable avec nos sangles . Merci Sami et Francesco.

Nous arrivons sur un paysage où nous mesurons les siècles d’abrasion sur les massifs rocheux ressemblant aux paysages de western. Un peu plus loin, Sami tangue sa Toyota sur une dune . Slim le sort de la dune avec notre Patrol . Et oui, cela arrive aussi aux meilleurs . Petite Pause repas puis sieste à El-Mida où nous rencontrons un troupeau de mouton aux abords d’un puits de 7 mètres de profondeur.

Nous reprenons hélas petit à petit le chemin du retour. Le soir nous installons le dernier bivouac en haut des dunes puis Slim et Sami nous prépare un mouton au feu de bois .

Nous profitons de ce succulent repas et ces instants précieux dans les dunes .

La nuit tombée , comme tous les soirs sans nuages, le ciel est un vrai spectacle à faire pâlir de jalousie le Futuroscope. Le ciel noir scintille de milles étoiles tel un tapis rempli de diamants. Pas une seule lumière artificielle ne vient déranger la brillance des étoiles . Le soir , le ciel est roi sur des kilomètres d’horizon . La Voie lactée nous fait son show. Ce spectacle magnifique restera à jamais gravé dans ma mémoire .

 

Dimanche 3 novembre : Dernier réveil dans les dunes . Le spectacle est grandiose et je le contemple longuement pour le graver dans ma mémoire .

Nous repartons pour les derniers cordes de dunes avant d’arriver à Zmela pour dormir en campement. comme d’habitude Kais et Slim cherche les bon passages

Une tempête de sable s’est levée. Nous traversons 5 dernières cordes . Je prends mes derniers plaisirs de conduite dans le sable , puis nous abordons les pistes que nous traversons à bonne allure.

Après une pause au fort de Ksar ghilen, nous descendons jusqu’à l’oasis de Ksar Ghilen manger un poulet- frites car nous n’avons pas le courage de pique-niquer sous la tempête de sable . Jamais un poulet frites n’aura été aussi bon .

Nous arrivons au campement de Zmela vers 16h et profitons avec délectation des douches chaudes et des lits . Apéro avec un beau coucher de soleil, place pour un bon repas dans un décor berbère . Le repas se finit par un gâteau pour l’anniversaire de Rosanna.

Nous nous couchons tôt car le réveil se fera à 6h : nous avons 480km à parcourir jusqu’à Hammamet

Lundi 4 novembre : 7h30, nous reprenons la route pour un retour vers Hammamet, puis demain Tunis . Ces douze derniers jours ont été merveilleux avec des sensations extraordinaires de conduite dans le sable, des belles rencontres , et des souvenirs pleins la tête . Je n’ai pas hâte que ce séjour se termine et je réfléchis déjà à ma prochaine visite . J’ai eu un énorme plaisir à retrouver Kais et Slim , mais aussi à faire connaissance avec Asma et tous les amis de Kais et à faire de belles rencontres.

Nous arrivons à 17h dans le bel Hôtel face à la baie d’Hammamet. Après une petite virée, dans la Médina où le marchandage est de rigueur , nous finissons ce séjour par une belle soirée organisée par Kais .

Mardi 5 novembre : 8h00 , nous reprenons la route vers Tunis et le bateau . La joie n’est pas au rendez-vous car je serais bien restée plus longtemps. J’espère pouvoir revenir rapidement et revoir Kais, Asma et Slim. Je n’attendrais certainement pas 7 ans cette fois-ci. J’aimerais déjà faire avec eux l’Algérie et réaliser mon rêve et faire la Namibie dans 2 ans . Mais pour l’instant, c’est l’heure des adieux et je n’aime pas les départs . Merci à Kais, à Slim et à la Tunisie pour ce merveilleux séjour d’aventure.

 

Marie Aude 

 

 

« Mes Sincères remerciements a tous les équipages pour leurs bonne humeur…., au plaisir de vous voir sur d’autres aventures … »